vendredi 11 décembre 2009

Symphonie du bonheur virtuel en AZERTY major


2009

crépitements de claviers...
embouteillage de messages instantanés...
palpitations rétro-sternales...
agitations hivernales...
désirs fraichement nés...
fantasmes sur la toile d'araignée...



1909

"La porte était close. Le verrou n'opposait toutefois qu'une résistance assez faible et que d'un coup d'épaule j'allais briser... A cet instant j'entendis un bruit de pas ; je me dissimulais dans le retrait du mur. Je ne pus voir qui sortait du jardin ; mais j'entendis, je sentis que c'était Alissa. Elle fit trois pas en avant, appela faiblement : - Est-ce toi Jérôme ?... Mon coeur, qui battait violemment, s'arrêta, et, comme de ma gorge..."



2009

Elle est deconnectée...
Je la guette et je scrute
En désarroi et attentionné
Son profil, ses écrits et je lutte
Contre cette passion nouvellement née


1909

« Sans doute je ne comprenais que bien imparfaitement la cause de la détresse d’Alissa, mais je sentais intensément que cette détresse était beaucoup trop forte pour cette petite âme palpitante, pour ce frêle corps tout secoué de sanglots. »


2009

La suite est bien connue

pokes, messages et clin d'oeils virtuels

les sensations, les émotions et les mots sont bien réels

l'union reste elle du domaine de l'ardu


1909

Leur relation s’épanouit dans une ferveur religieuse partagée, approfondie par des lectures communes. Année après année, Jérôme s’efforce avec Alissa et pour elle à la vertu la plus absolue et n’a d’autre souhait que de l’épouser : « Je ferais fi du ciel si je ne devais pas t’y retrouver. » Cependant, Alissa découvre que sa sœur Juliette aime, elle aussi, Jérôme. Ajournant leurs fiançailles, elle tente de s’effacer au profit de sa cadette. Mais celle-ci, assurée que Jérôme n’éprouve rien pour elle, rivalise dans le sacrifice en épousant un tiers.


2009

malgré les kilomètres qui nous séparent

tu trouves que la chambre est d'une taille planétaire

les électrons fussent-ils d'une régularité exemplaire

ne remplacent des yeux qui ne cherchent que le regard


1909

Suit une longue séparation. Juliette, entourée de l’affection de son mari, trouve, à défaut du bonheur rêvé, un apaisement. Jérôme et Alissa peuvent à nouveau laisser cours à leur amour. La correspondance qu’ils échangent drape leur sentiment d’une telle pureté qu’ils redoutent la confrontation avec la réalité. Si leurs premières retrouvailles sont médiocres, les suivantes sont meilleures. Cependant Alissa rejette encore une fois toute possibilité de bonheur matériel et terrestre :

« – Que peut préférer l’âme au bonheur ? m’écriai-je impétueusement. Elle murmura : – La sainteté... »


2009

chasteté virtuelle

sainteté électronique

phantasmes de la vie réelle

amours platoniques

1909

Afin de détourner d’elle son cousin – pour le laisser plus libre d’aller vers Dieu – elle entreprend de s’enlaidir et d’affadir son esprit. Jérôme dérouté ne reconnaît plus celle qu’il aimait. Ils se séparent. Trois ans plus tard, une nouvelle entrevue entre un Jérôme déçu et une Alissa douloureusement amaigrie précède de peu la mort de la jeune femme. Son journal intime, placé avant l’épilogue, révèle une peur du bonheur trop vite atteint, la crainte de tout désir ou incarnation de l’amour, son obstination à se considérer comme un obstacle entre Jérôme et la sainteté, son goût immodéré pour le sacrifice, son dialogue conflictuel avec Dieu, ses doutes et sa douleur.


2009

c'est franchement du délire mais j'aime
pour ceux que la partie 1909 intrigue
je leur conseille la porte étroite d'André Gide
quant aux vers de 2009 et qui veulent ressembler à un poeme
beaucoup de vous diront que c'est un bide
je m'en fous pourvu qu'une muse aussi aime


mercredi 9 décembre 2009

le Domaine sans nom


Pourquoi ce billet ?

La vie est un fleuve, un ruisseau, un cours d'eau pas tranquille, une mare, un étang ou une mer houleuse...

L'abondance de ces images aquatiques me convient: imprévisibilité, inconstance, hasard, mais routine, platitude parfois, ondulation rythmée ou vaguelettes désespérées...

D'autres images plus savantes et se référant à un structuralisme ennuyeuex rappelleront des cycles, des cercles , des courbes, des figures dynamiques, des ellipses stériles, des diagrammes froids ou des algorithmes vertigineux...

La logique voudrait qu'on évolue par étapes, qu'on franchisse des seuils, qu'on descende des écluses, qu'on passe des barrages, qu'on mature par décennies, qu'on mûrisse par septennat, qu'on meure à feu doux...

C'est de la langue de bois...c'est de la technique bla-bla-bla-tique...c'est du périmé toujours vendable...et si t'en veux et je t'en délivre par paquets...

La réalité est tout autre, c'est du chaos, c'est de l'insaisissable, c'est de l'abstrait, c'est teutonique et ça te nique dans ta solitude niée mais bien...réelle...

La solitude a un droit sur nous...un droit quasi-divin...un droit de vie et de mort...la solitude condamne et exécute sa sentence d'une compassion démesurée...elle te condamne tout simplement à la solitude...

La solitude est partout présente: un samedi après-midi à t'illusionner par des amitiés virtuelles devant un écran d'ordinateur...un vendredi soir lorsque tu titubes d'ivresse dans les toilettes d'un bar...un dimanche matin lorsque tu noues les fils de tes espadrilles pour un jogging ennuyeux...

Dans cette solitude, très facile à vivre en fin de compte, juste accepter la sentence est un bon compromis avec la solitude, quelques moments brefs mais intenses viennent d'une manière aléatoire ponctuer ta vie...

Il s'agit de rêves, plutôt d'un rêve qui m'accompagne depuis que j'ai connu la solitude..il s'agit d'un rêve indescriptible, un rêve plutôt agréable, hédonique et calme..

Ce rêve survient peut être une fois par an, il peut disparaitre pour des années pour s'inviter soudain une nuit...

En quoi consiste-il ? c'est insaisissable, c'est inénarrable, c'est un assemblage onirique de visions et sensations...

Seul lien avec la réalité, il se passe dans le même endroit, c'est un chemin, c'est un lieu, c'est une petite route...

J'ai essayé en vain de retrouver ce chemin, j'ai passé des heures à pied et en voiture à le chercher...ce n'est pas loin du village de mes grand-parents mais ce n'est nulle part à la fois... il y a des oliviers, un petit passage, une petite route bordée d'arbres, un domaine et puis le rêve part mourir dans les méandres de ma mémoire...

Encore un effort, c'est plus clair, mais il n'y a plus d'entrée, plus de petite route, plus de passage, plus rien...

c'est dur la solitude...mais avec ce rêve. je l'oublie, je ne me sens plus seul, un retour à l'origine pré-solitude, un vestige de l'ère sans solitude...un temps perdu...

J'ai une grande envie de relire "le grand Meaulnes"...mais j'ai peur... j'ai peur de me retrouver seul avec ce livre...alors j'écris ce billet...

mardi 8 décembre 2009

Interdiction des minarets: génocide culturel ?



Je publie ici l'approche d'un grand ami suisse, juriste spécialiste des questions de diversité culturelle

article paru dans "Le Courrier " (page 4)


j'attends vos réactions idées et critiques que je transmettrai à l'auteur


La diversité humaine à l'appel du minaret

Droit et démocratie en conflit : imposer les « libertés identitaires » ou composer une culture de la diversité ?

Christophe Germann

Le résultat de la votation populaire sur l'interdiction des minarets en Suisse a eu un grand mérite, celui de susciter un débat passionné, critique et contraignant à l'échelle planétaire sur le droit et la démocratie. Rares sont les médias dans le monde qui n'ont pas consacré de couverture visible à ce verdict populaire. L'attention est portée en premier lieu sur la liberté religieuse, la protection des minorités et la liberté d'expression. Au-delà du droit à ces « libertés identitaires » fortement thématisées, il est utile d'élargir et d'approfondir maintenant la discussion sur la diversité culturelle et sa négation la plus radicale, le génocide culturel. Cette approche originale du problème permettra d'aborder les relations tendues entre les droits de l'homme et les droits des groupes humains afin d'esquisser des solutions nouvelles. Plus précisément, il s'agit aujourd'hui de repenser le contrat social afin de valoriser la diversité humaine et neutraliser ainsi les incendiaires.

La diversité culturelle n'a pas seulement une valeur esthétique, elle peut également contribuer à préserver la vie. Les techniques employées pour museler les expressions émanant de l'altérité religieuse ou culturelle varient entre destruction physique, interdiction et assimilation forcée. Cette dernière peut également aboutir à une forme de génocide. La Suisse a ratifié la Convention de l'ONU pour la prévention et la répression du crime du génocide plus d'un demi siècle après son adoption en 1948. Et pour cause. A partir de 1926, la fondation Pro Juventute avec le soutien de la Confédération et en collaboration avec les cantons et les communes poursuit le programme « Oeuvre pour les enfants de la grand-route » : Six cents enfants yéniches sont enlevés à leurs parents pour être placés dans des familles d’accueil, des homes et des orphelinats et des cliniques psychiatriques. Suite à des articles critiques du journaliste Hans Caprez en 1972, Pro Juventute finit par dissoudre l'"Oeuvre" quelques années plus tard. Comme l'a relevé l'ancienne Conseillère fédérale Ruth Dreifuss, par ce programme, des personnes appartenant à une minorité ont été mises sous tutelle et fortement discriminées dans le but de détruire leur mode de vie.[1] Ces mesure ne visaient pas le bien-être de l'enfant, mais l'anéantissement des caractéristiques tsiganes, en premier lieu la vie nomade. Le transfert forcé d’enfants d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux à un autre groupe dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, ce groupe comme tel constitue un acte de génocide au sens de l'article II de la Convention sur le génocide. Comme ce traité n'était pas encore en vigueur pour la Suisse lorsque l' « Oeuvre » a exercé ses activités, il n'y a eu aucune procédure pénale en la matière. Le parlement suisse a officiellement reconnu le génocide des Arméniens perpétré en 1915 par l'empire Ottoman. Toutefois, à ce jour, il n'en a pas fait de même pour le génocide des Yéniches en Suisse.

Anéantir l'expression culturelle pour détruire le groupe humain

La prévention du génocide et des atrocités de masse commence par la culture. Il faut immuniser la population contre sa mobilisation par les incendiaires de sorte que cette protection agisse surtout dans les moments de crise, en particulier lorsque la situation économique et politique se détériore sensiblement. C'est dans cette optique de prévention que la Conseillère nationale Josiane Aubert a déposé une motion contre le génocide culturel lors du 60ième anniversaire de l'adoption de la Convention de l'ONU contre le génocide (voir extraits dans l'encadré). Dans la pire des éventualités, le coup porté aux expressions culturelles enlève les inhibitions à préserver la vie humaine. Les nazis ont commencé par brûler les livres sur la place publique, sous le regard et avec la participation de la population, pour finalement passer à la « solution finale » et tuer enfants, femmes et hommes dans les chambres à gaz.

C'est notamment pour combattre un « enjuivement » (« Verjudung ») du pays que les autorités suisses ont fait introduire le sinistre tampon « J » sur les passeports de Juifs à fins de refoulement, qui a coûté la vie à des milliers de personnes lorsque l'Europe était sous le joug nazi. Les incendiaires, qui ont lancé l'initiative populaire contre les minarets, ont clairement indiqué leur intention de lutter contre l' « islamisation » de la Suisse. On peut qualifier cette action de « purge ethnique préemptive » afin de préserver une Suisse « homogène » et « pure ». Lors du procès de Slovodan Milosevic au Tribunal International pour l'ex Yougaslavie à la Haye en 2002, le témoin-expert András J. Riedlmayer de l'université de Harvard est entendu sur la destruction de mosquées, minarets, archives, librairies et autres expressions culturelles de l'Islam pour rendre la ségrégation ethnique par les extrémistes serbes irréversible. Il décrit cette violence qui a accompagné les purges ethniques physiques ainsi : « (...) dans de nombreux cas, les mosquées étaient non seulement endommagées ou détruites, mais on y trouvait aussi beaucoup de preuves de mutilation telle que des écritures sacrées arrachées de leur cadres et brisées au sol, parfois souillées avec des excréments humains. Les murs étaient recouverts de slogan serbes, d'obscénités contre les Albanais ou l'OTAN. »[2]

Les opportunités et limites de la diversité culturelle

Quel est le point commun d'un minaret et d'une tourelle publicitaire pour Mac Donald ? - Les deux constructions constituent des expressions culturelles au sens de l'article 4 de la Convention de l'UNESCO de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles : Les «expressions culturelles» sont les expressions qui résultent de la créativité des individus, des groupes et des sociétés, et qui ont un contenu culturel. Le «contenu culturel» renvoie au sens symbolique, à la dimension artistique et aux valeurs culturelles qui ont pour origine ou expriment des identités culturelles. Cette convention sur la diversité culturelle est entrée en vigueur pour la Suisse l'année passée. Elle rappelle dans son préambule que « la diversité culturelle crée un monde riche et varié qui élargit les choix possibles, nourrit les capacités et les valeurs humaines, et qu’elle est donc un ressort fondamental du développement durable des communautés, des peuples et des nations. » A la lumière de cette affirmation, il est pour le moins curieux de constater qu'en Suisse il sera désormais interdit de construire des minarets alors que les potences « M » aux couleurs criardes continueront d'enjoliver et d'égayer le paysage helvétique de manière uniforme. Doit-on en conclure qu'une majorité des Suisses ne veulent pas de cette richesse promise par la diversité culturelle ?

On peut considérer par exemple la mutilation des organes génitaux comme une « expression culturelle ». En tant qu'atteinte grave à l'intégrité corporelle et à la personalité, elle viole les droits de l'homme, excepté dans les cas très rares où elle pratiquée sur une personne adulte qui y consent librement. Pour cette raison, cette mutilation n'est ni protégée, ni promue par la Convention de l'UNESCO sur la diversité culturelle. En effet, ce traité prévoit expressément que nul ne peut l'invoquer pour porter atteinte aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales tels que consacrés par la Déclaration universelle des droits de l’homme ou garantis par le droit international, ou pour en limiter la portée.

Du droit aux « libertés identitaires » vers une culture de la diversité

Etre Chrétien, Musulman, Juif ou Hindou signifie, pour le moins, deux choses : identités religieuse et culturelle.[3] Ces identités se nourrissent réciproquement. Toutefois, l'identité culturelle peut exister sans l'identité religieuse. On peut laisser la question ouverte pour l'inverse. Comme concepts juridiques, la liberté religieuse est connotée avec le risque de favoriser le cloisonnement et le replis communautaire tandis que la diversité culturelle présente l'opportunité de l'ouverture et de l'intégration. On peut épouser plus d'une « culture », mais on n'adhérera, en tant que croyant, agnostique ou athée, en règle générale qu'à une seule « religion », soit à titre exclusif. Quant à la protection des minorités, elle est tributaire de l'interdiction de discriminer qui évoque la charité et la générosité : le plus fort protège le plus faible parce qu'il a la conscience et les moyens. Même ancrée dans des règles de droit contraignantes, la protection des minorités et l'interdiction de discriminer restent fragiles, car elles reposent sur une asymétrie dans la répartition du pouvoir qui est corrigée par le groupe le plus fort de manière plus ou moins discrétionnaire. Tel n'est pas le cas de la diversité culturelle dont la fortune provient de l'apport des diverses identités culturelles à parts égales. Subsiste la liberté d'expression, qui – truisme – se révèle vide en l'absence de contenus, ce qui nous ramène à la liberté religieuse et la diversité culturelle. Opprimer la liberté d'expression religieuse ou culturelle peut contribuer à renforcer les contenus religieux et culturels et à accentuer les clivages. Le cas du Tibet illustre cette situation. Museler ces expressions afin de préserver l'intégrité nationale et empêcher la désintégration peut aboutir au résultat inverse, soit à radicaliser les sécessionnistes. La Turquie semble avoir tiré cette leçon. Récemment, elle a levé l'interdiction d'utiliser la langue et les noms kurdes après des décennies d'acharnement violent sur les expressions culturelles de cette minorité. Elle paraît maintenant miser sur la diversité pour assurer l'unité du pays.

La protection des minorités nationales et étrangères semble impliquer que l'Etat et la société civile majoritaire agissent par « bienfaisance » et non pas à leur propre avantage bien compris. Une nouvelle culture de la diversité à imaginer, à créer et à mettre en oeuvre pourrait valoriser ce bénéfice et procurer des incitants à l'ouverture. Le droit aux « libertés identitaires » manque de vigueur lorsqu'il s'oppose à un verdict populaire dans un régime démocratique, car son caractère impératif et, par-là, sa légitimité sont controversés. Dans ce cas de figure, le droit ne peut pas forcer la chose, mais il sait révéler le problème. Imposer une solution à ce problème à l'aide d'outils juridiques axés sur les « libertés identitaires » peut s'avérer sensiblement moins efficace qu'une approche qui permettrait à la société civile d'intérioriser la valeur de la diversité humaine. Le nouveau contrat social à élaborer pour réaliser cet objectif pourrait contribuer à un changement de paradigme et de mentalité inspiré des codes de conduite visant à protéger et promouvoir la diversité biologique et la diversité culturelle.

Christophe Germann est chercheur invité au Centre Lauterpacht pour le droit international de l'Université de Cambridge et au Centre Whitney and Betty MacMillan pour Etudes Internationales de l'Université de Yale. Il y effectue un projet de recherche postdoctorale FNS et Marie Curie sur le génocide culturel en droit international public. Il est également avocat à Genève et l'auteur du livre “Diversité culturelle et libre-échange à la lumière du cinema” édité par Bruylant, LGDJ et Helbing & Lichtenhahn (2008).


Fin 2008, la Conseillère nationale Josiane Aubert dépose une motion pour prévenir le génocide culturel (lire le Courrier du 9 décembre 2008). Le Conseil fédéral et le parlement ont toutefois rejeté cette initiative cette année.

Extraits du discours de Mme Aubert devant le Conseil national :

« La convention de 1948 a trouvé une mise en oeuvre efficace depuis la fin de la guerre froide pour punir le génocide. Son talon d'Achille reste toutefois la prévention; il en va de même avec les autres instruments du droit international public existants. Celui-ci est insuffisant en matière de prévention, même s'il est appliqué de manière satisfaisante. Le Conseil fédéral estime que le génocide culturel diluerait la signification de génocide physique et biologique en tant que crime des crimes. Au contraire, une prévention renforcée agira contre le risque de dilution. En effet, il ne s'agit pas de protéger la culture en tant que telle, mais bien le groupe humain qui est porteur et tributaire d'une telle culture. (…) La prévention du génocide vise en premier lieu la protection de la diversité des groupes humains, soit de la diversité humaine pour reprendre un terme employé par Hannah Arendt dans son livre classique "Eichmann à Jérusalem - Rapport sur la banalité du mal". Il faut admettre que le droit pénal international actuel ne saurait suffire à protéger et promouvoir la diversité humaine. Par conséquent, un troisième pilier devra s'ajouter un jour aux conventions existantes sur la diversité biologique et culturelle, à savoir une convention sur la diversité humaine. (...) Pour atteindre cet objectif, il faut dans un premier temps mettre la diversité culturelle sur pied d'égalité avec la diversité biologique en sanctionnant comme génocide culturel les atteintes contre l'intégrité culturelle d'un groupe humain en vue de l'anéantir. Lorsque cette étape législative sera franchie, les conditions pour une nouvelle convention protégeant et promouvant la diversité humaine de manière efficace seront réunies. »

Le texte de la motion et la réponse du gouvernement peuvent être consultés sur : www.parlament.ch/ab/frameset/f/n/4811/306271/f_n_4811_306271_306485.htm


Liberté religieuse et diversité culturelle : En Suisse, il sera désormais interdit de construire des minarets alors que les potences « M » continueront d'enjoliver et d'égayer le paysage de manière uniforme.


[1] Lire Walter Leimgruber, Thomas Meier, Roger Sablonier, Das Hilfswerk der Kinder der Landstrasse, Archives fédérales suisses, Berne 1998, avant-propos : www.landesgeschichte.ch/landstrasse.html#

[2] Page 2685 du procès-verbal du 9 avril 2002 (traduction de l'auteur) : www.milosevic-trial.org/trial/2002-04-09.htm

[3] Walter Kälin, Grundrechte im Kulturkonflikt – Freiheit und Gleichheit in der Einwanderungs- gesellschaft, Berne 2000, aborde la question de la migration sous l'angle de la liberté et de l'égalité.


vendredi 4 décembre 2009

LA FACHOSPHERE ou comment gagner les faveurs du Populisme 2.0

Débat sur l'identité nationale,

Bonne question ou manœuvre démago-populiste ?

Ce qui est sûr c'est qu'on dépasse une nouvelle ligne : la FACHOSPHERE, véritable défouloir du racisme haineux sort du cadre des sites "spécialisés" et des blogs journalistiques autour d'articles "chauds", pour s'inviter ici,

"Agiter la merde, c'est s'éclabousser"


mercredi 2 décembre 2009

La Solitude de Monsieur Léo Ferré




Je suis d'un autre pays que le votre, d'un autre quartier, d'une autre solitude.

Je m'invente aujourd'hui des chemins de traverse. Je ne suis plus de chez vous, j'attends des mutants.

Biologiquement je m'arrange avec l'idée que je me fais de la biologie: je pisse, j'éjacule, je pleure. Il est de toute première instance que nous façonnions nos idées comme s'il s'agissait d'objets manufacturés.

Je suis prêt à vous procurer les moules.

Mais, la solitude.

Les moules sont d'une texture nouvelle, je vous avertis. Ils ont été coulés demain matin.

Si vous n'avez pas dès ce jour, le sentiment relatif de votre durée, il est inutile de regarder devant vous car devant c'est derrière, la nuit c'est le jour.

Et la solitude.

Il est de toute première instance que les laveries automatiques, au coin des rues, soient aussi imperturbables que les feux d'arrêt ou de voie libre.

Les flics du détersif vous indiqueront la case où il vous sera loisible de laver ce que vous croyez être votre conscience et qui n'est qu'une dépendance de l'ordinateur neurophile qui vous sert de cerveau.

Et pourtant la solitude.

Le désespoir est une forme supérieure de la critique. Pour le moment, nous l'appellerons "bonheur", les mots que vous employez n'étant plus "les mots" mais une sorte de conduit à travers lesquels, les analphabètes se font bonne conscience.

Mais la solitude.

Le Code civil nous en parlerons plus tard. Pour le moment, je voudrais codifier l'incodifiable.

Je voudrais mesurer vos danaides démocraties. Je voudrais m'insérer dans le vide absolu et devenir le non-dit, le non-avenu, le non-vierge par manque de lucidité.

La lucidité se tient dans mon froc...

mardi 1 décembre 2009

Sexualité des miséreux et misère sexuelle, vol 2




à partir de ce point, les choses vont se corser ... et je me risque sur un terrain vaseux ... la polémique sera facile ... les déceptions grandes ... courage

nous étions trois, la fille , la résidente et moi ... non on était quatre : y avait le rapport médico-légal à écrire ... je le personnifie car je me représentai un magistrat qui demandait des réponses à des questions..

les questions : ce n'est pas sorcier : toutes les expertises répondent à des questions

questions bêtes, questions rituelles, questions absurdes, questions qui remontent à la nuit des temps

grosso modo : déterminer si la personne en question était "habituée" aux rapports sexuels, s'il y avait défloration , caractère récent de cette défloration, et enfin traces de violence... c'est le minimum standard de ce genre d'expertises ; au passage je vous évite les anecdotiques "épreuves aux tubes de verre" et les discussions "de coaptation anatomique"...ce sont des curiosités malheureuses de la vie humaine où perversité et technicité se tiennent compagnie dans l'horreur froide des crimes sexuels ...

revenons à nos moutons (tiens c'est l'Aïd), nous avons d'autres chattes à fouetter ...

la jeune fille a changé de comportement après la sortie du gendarme et de la sage-femme; je prend un peu de temps pour vous la décrire: cheveux ébouriffés, traits fins, teint brun, quelques cicatrices d'égratignures anciennes au niveau du visage, ongles sales. Sa tenue vestimentaire est plus parlante de sa misère vécue mais aussi de cet "accident" : pull "masculin" en laine et très large porté à même le corps, pantalon "pyjama", slip troué et une paire de souliers discordants : un pantoufle féminin en nylon noir grillagé et l'autre "chlaka" pour hommes en cuir contre-façon taille 44 ; eh oui la garde nationale a agi vraiment vite....y'en a un type en garde à vue qui doit avoir un joli pantoufle féminin à son pied...

une petite discussion s'est engagée, fallait détendre l'atmosphère, et quelle atmosphère !

les curieux ! vous voulez savoir un petit peu plus...

ok !

tout en installant la fille sur la table, quelques questions toutes gentilles ne tardent pas à nous faire comprendre que maturité sexuelle (du moins les caractères sexuels secondaires) ne coïncide forcément pas avec avec maturité "psychologique"

dans une niaiserie que je ne peux pas dire si elle était simulée ou non, la fille nous assurait de sa virginité

coup d'œil rapide, pas de traces de violences ,pas de bleus, pas d'égratignures...

l'examen lui était d'un autre avis... oui à toutes les questions, il y a même un bonus : même l'anus y passait ...

quelle misère ! la misère de ces gens , la misère de cette sexualité bestiale, la misère de cette salle d'examen aux murs décrépis, la misère de ce gendarme croyant protéger la société de ce qu'il croit être une bête dévergondée, la misère de ces questions de justice et de plomberie, la misère sexuelle que doit vivre ma collègue (la faut me croire)...

misère sexuelle à tous les niveaux, point de douceur, point de sentiments, copulage bestial à quatres, viol masqué, violence morale, double pénétration, canalisation de passe, tuyaux de foutre, tuyauterie fragile esquintée, expertise de virginité, serrurerie défaillante, gribouillage foutriqué pour une affaire foutue, tout a été réuni dans cette salle d'examen, toutes ces misères se bousculaient...

je ne sais plus si je dois mettre à suivre ou non

je suis bien tenté par un Vol 3 ; des misères comme ça j'en ai vu ...


lundi 30 novembre 2009

VA COMPRENDRE!!! CHAKCHOUKA





















- La même personne qui n’arrête pas de réclamer la démocratie et le droit de s’exprimer sur la place publique, refuse toute discussion avec son enfant quant aux choix de ses études !!! VA COMPRENDRE

- La même personne qui colle des bannières contre 3ammar qui n’arrête pas de crier sur tous les blogs sa haine de la censure, trouve normal et approuve le fait que des livres et des dessins soient interdits parce qu’ils sont jugés blasphématoires !!! VA COMPRENDRE.

- La femme de 50 ans qui t’as cassé les oreilles toute ta vie avec son droit de vivre comme elle l’entend, son refus d’être traité comme les femmes du golf, sa fierté d’être Tunisienne !! Cette même femme te dis tranquillement qu’elle refuse d’aller a la plage le mois de Ramadan parce qu’elle n’as pas envie d’avoir sur son compte des péchés quand les hommes vont la regarder avec envie !!! VA COMPRENDRE

- La même personne qui trouve tout a fait normal que les croisés soit partis de terre d’islam après quelques siècles de colonisation, trouve inconcevable que les arabes soit mis dehors d’Espagne après 7 siècles de présence !! VA COMPRENDRE.

- La même personne en haut te soutiendra que la raison principale de la défaite musulmane est bien sur due à la faiblesse du pouvoir religieux et aux occupations terrestres des califes, Elle oublie ou fait semblant d’oublier que 39 ans seulement avant la chute de Cordoue (1236) Averroès a été obligé de s'exiler sous la pression du pouvoir religieux !!! VA COMPRENDRE.

- Cet homme qui aborde toutes les filles qui se trouvent sur son chemin dans la rue, est prêt à tuer s’il s’aperçoit qu’un homme a juste regardésa sœur ou sa copine plus que 3 secondes !!! VA COMPRENDRE.

- Cet homme qui boit des litres de bières, qui se permet d’avoir des aventures extraconjugales voit tout ses poils s’hérisser quand il apprend que son compatriote en face de lui mange du porc et passera des heures à essayer de le convaincre que c’est un péché énorme !!! VA COMPRENDRE
.


- La même personne qui m’expliquait depuis tout petit que la raison de la suprématie des juifs sur les arabes est leur meilleur attachement à la religion, à oublié de me préciser que l’état hébreux est le seul état laïque et démocratique dans sa région (en tout cas pour ceux qu’il considère comme ses citoyens)!!!VA COMPRENDRE

mercredi 25 novembre 2009

Sexualité des miséreux et misère sexuelle, vol 1







Il faisait presque minuit, il faisait pas trop froid, c'était ma 15ème heure de travail sans relâche dans cette garde aux urgences gynéco-obstétricales...

Une voiture délabrée de la garde nationale, une expertise médico-légale, une fille de 16 ans...



Une table d'examen qui ressemble à un accessoire d'un tribunal d'inquisition, une sage femme dont les ongles vernis des gros orteils dépassent de 2 cm ses tongs, une résidente à la tête remplie et à la face boutonneuse, et moi avec 25 ans à peine...





Echange de regards, échange de papiers, échange de questions, échange d'attitudes...

Echange de papiers, le gugus malrasé de la garde nationale nous tend une réquisition dactylographiée et contresignée par un substitut du procureur de la république qui est certainement amateur des virées nocturnes en Renault Chamade, version climatisation pétante et boite à vitesse traumatique.

De notre coté on lui remettra le fameux rapport qui relatera notre exploration minutieuse de l'hémisphère sud de la pauvre donzelle "expertisée"...





Echange de regards entre le gendarme et la fillette; cette dernière le fixe sans scrupule, elle avait vraiment un regard d'"allumage", un regard qui disait aussi "je t'emmerde", . Lui, il l'évitait et nous cherchait du regard, cherchait l'approbation de l'autorité. Echange de regard entre le gendarme et la sage femme, échange de regard entre moi et la résidente : ok c'est à moi, cette expertise sera la mienne, à tes gants...

Echange de questions: quoi ?, comment ?, qui ?, quand ?, pourquoi ?, combien ?: voila la réponse --> "surprise en pleine activité sexuelle avec quatre mecs dans une maison délabrée".

le gendarme : " à cause de toi , quatre hommes sont en prison maintenant "

la sage-femme :" à ton age, t'as pas de morale , t'as pas de famille , tu as pensé à tes parents"

après ce bla-bla-bla, évacuation des ces deux personnages; nous restons trois : la fille, la résidente et Moi ...,



à suivre ...

dimanche 22 novembre 2009

Nous sommes tous des polytheistes

Les arabes ont vraiment du mal avec le monothéisme. Les arabes sont ce peuple qui partage de l'atlantique au golfe persique une soumission aveugle aux régimes politiquesles plus atrocément dictatoriaux de la planète. Cette population qui vit dans l'illusion de la foi en un dieu unique ne s'y est soumise, en réalité, que quelques dizaines d'années grâce à un homme, Mohamed. Une fois mort l'homme a été lui mêmele sujet du culte qu'il avait interdit au peril de sa vie.
Les arabes ont donc toujours cherché et voulu vivre sous le joug de dieux multiples, le plus souvent tyranniques, violents et cyniques. Des dieux humains qui n'ont rien de l'humain et tout du monstre. Comme s'ils ne pouvaient se respecter et respecter l'autre sans la peur d'un dieu incarné dans l'image de ce dictateur.
Tout est permis au dieu: le meurtre, le vol, le viol...Un culte lui est voué tout ce qu'il fait est indiscutablement bon pour tous et pour toujours. saddam en est l'illustration la plus frappante. Cet homme paranoiaque, assoifé de sang n'aurait pu gouverner tant d'hommes et de femmes s'ils ne portaient en eux cette soumission religieuse. L'arabe est physiologiquement polytheiste : avant Mohamed, il y avait une pléthore de dieux. Aprés, chiites et sunnites, ont recyclé leurs idoles dans les personnages de Mohamed, Ali, Omar et autres compagnons du prophète. la question qui se pose maintenant et qui rejoins une discussion qu'on eu sur notre Blogg il y a quelques mois c'est : si la religiosité est un phéomène génétiquement conditionné, pourra-t-on échapper à ce sort ?

mardi 17 novembre 2009

Dictionnaire Flammarion 1982, Ingres, et la branlette "cultivante" (attention post uniquement pour les hommes)



été 1989, j'avais 11 ans et j'abordais ma première année de lycée

Amateur de livres et encyclopédies, féru de la foire du livre et dévoreur de "majani el adeb fi hadaek el arab" du père chikhou al-yassouii, je me constituai une culture en histoire, littérature et science dans la langue de Sibaouaeyh

Papa, cher papa "soixante huitard" et ancien des "bande à Léo", francophone et francophile, jugea bon d'élever mon niveau de "roumi" étudié que depuis trois ans (eh oui c'était qu'en 4ème primaire)

Ce jour là, j'ai grandi un petit peu , il m'emmena en voiture visiter une librairie, et il m'acheta à ma grande satisfaction un dictionnaire, un vrai avec des images (j'en avais marre de son petit Robert 1970 version sans nom propres et de son Littré sans images)

c'était le Flammarion édition 1982 (donc vieux de 7 ans) encore sous cellophane et cédé pour la somme de 12 dinars

un trésor, le "livre" de ma vie, mon "windows, wikipedia, universalis, google " à moi

fini l'histoire médiévale, fini les récits des pays d'au déla les mers, fini al-messoudi, fini les atlas arabisés, fini les guerres de Saladin

à moi l'art, les arts, les cartes, les biographies, les dynasties royales, les schémas éclatés , les fiches pays et les peintures...

les peintures... ah ! les peintures ....les beaux tableaux captivants...

...Ingres....le bain Turc.... c'est mon tableau preferé

un océan de femmes bien rondes bien blanches et qui s'adonnent aux joies du hammam le tout dans une ambiance mystico-orientale embrumé d'encens...

ce fut ma première branlette

une histoire d'amour est née entre moi et mon Flmmarion édition 1982

branlette, branlette, branlette....

frénésie des peintures....

branlettes frénésiques...

au passage et en feuilletant entre un nu de la renaissance et un "déjeuner sur l'herbe" impressionniste, j'avalais tout: biographie des rois de France, courbe de production de fer de l'URSS et prix Nobel de littérature...

branlette branlette branlette

frénésie du savoir


A mon age actuel, j'ai compris que la mort est l'absence de frénésie...

et je me sens tout bête depuis des années...

je trouve que je n'ai rien appris dans ma vie en dehors de ce Flammarion édition 1982

merci Papa

tu ne m'a pas acheté "l'épopée des prophètes"

c'est moins branlant...



vendredi 13 novembre 2009

facebook, web 2.0, azis milana




retour difficile çà l'écriture après un presque-abandon de blog...ça doit exister "abandon de blog" de nos jours...

tout y est pour expliquer ce désintérêt : le vrai commencement du travail pour nous trois, mais aussi une dépression post-excitation (phénomène quasi universel) , et la connexion au facebook...

j'ai suivi plusieurs discussions intéressantes sur le facebook; certaines ont concerné mon blog et j'ai fait le travail "désespérant" de copier - coller les commentaires

j'ai eu quelques réflexions sur le sujet

je pense que l'activisme web 2.0 suscite pas mal de déceptions ; au dela des "discussions" et "convictions" au dela des "libertés" et "débat" au dela des "attentes" et "interactions" je pense qu'il existe 3 points importants

le premier tient du domaine de la communication : le web 2.0 a la facebook a inventé et invente encore tout un code de "communication" nouveau : quand quelqu'un partage une vidéo , veut il être d'accord ? approuve t il son contenu ? ou peut etre denonce t-il ?: c'est vraiment ambigu et c'est qu'apres l'examen minutieux de son profil et ses "antecedants" qu'on tranche ...

le deuxieme point est du domaine psychologique ou je dirai du "psychopathologique" --> il existe une agressivité ENORME agressivité "primaire"

le troisieme point est de l'ordre sociologique : l'organisation en bandes avec recherche d'alliances , les soutiens par la meute de chiens de garde etc.

tout ça dans une temporalité inédite dans le monde de la communication humaine : l'instantané aidée par l'alerte : les réactions ne demandent que quelques secondes pour qu'on vous assiège d'une giclée de tapotage de claviers et qu'on vous classe rapidement dans un jugement éternel qui sera entretenu par la série de commentaires réactifs et déchainés qui s'en suivront ...

c'est pour ça que je m'amuse à poster cette photo ; c'est facebook personnifié


vendredi 6 novembre 2009

mercredi 7 octobre 2009

De la propagande moderne: médiamensonges selon Michel Collon



Michel Collon applique le terme médiamensonges à ce qu'il dénonce comme une propagande servant à justifier l'entrée en guerre d'un pays au yeux de son opinion publique. Plus précisément, il identifie cinq principes qui seraient systématiquement utilisés :

  1. Occulter l'histoire ou la géographie. Priver les gens du contexte nécessaire à la compréhension des enjeux, afin d'imposer une version biaisée ou tronquée. Ainsi, le conflit en Irlande est présenté comme une guerre de religion et non comme une guerre coloniale britannique.
  2. Occulter les intérêts économiques. Cacher les intérêts économiques des grosses multinationales et des gouvernements sous une présentation noble et désintéressée (arrêter une menace terroriste, imposer la paix etc.). Ainsi, la nationalisation du pétrole venezuelien et sa soustraction de facto aux appétits des multinationales occidentales seraient les véritables "crimes" de Chavez aux yeux de l'occident.
  3. Diaboliser l'adversaire. Faire peur aux gens en diabolisant l'adversaire pour court-circuiter leur réflexion. La diabolisation qui a suivi le 11 septembre en est un bon exemple (terrorisme islamique et choc des civilisations).
  4. Attaquer un dirigeant. On présente une action militaire comme attaquant seulement un dirigeant et non son peuple (parfois même, pour le défendre contre son dirigeant, comme par exemple Saddam Hussein en Irak). Mais ce sont souvent ces mêmes peuples qui font les frais de la guerre (les fameux "dommages collatéraux").
  5. Monopoliser l'information. Tout véritable débat est évité, les médias devant être contrôlés pour ne pas laisser les autres points de vue s'exprimer.
A MEDITER ET A DISCUTER.


source: article de wikipedia

lundi 5 octobre 2009

Peut-on effectuer une greffe de la démocratie dans notre pays ???





Il faut avouer que comme le disent certains religieux de chaines satellitaire la démocratie nous est étrangère, Une discussion suite au dernier article de Voltairien m’a amené à me reposer cette question comme tout le monde j’espère en tout cas !! Mais beaucoup d’autres ont suivis et j'aimerai savoir si nos lecteurs se sont déjà posés ces questions?


Est-il possible d’effectuer une greffe de la démocratie dans notre pays ou dans le monde arabo-musulman ?

Est-ce qu’une société qui se base encore sur la tribu ou le clan comme pivot social est prête ?

Est-ce qu’une société qui garde encore tellement de traditions tribales est prête ?

Est-ce que une société ou l'éducation scolaire est dénigrée et mal perçue (الي قراو ماتو) est prête ?

Est-ce qu’une société ou l’injustice est accepté est prête ?

Est-ce qu’une société ou il est interdit ou mal vu de dire non à un ainé même s’il a totalement tort est prête ?

Est-ce qu’une société ou on n’a pas le droit d’être différent des autres est prête ?

Est une société ou la famille refuse le débat dans son sein est prête ?

Est-ce qu’une société ou la vie n’est pas sacrée (plutôt le martyr) est prête ?


Est ce qu'une société qui rejette la faute toujours sur l'autre (nous sommes les victimes d'un complot mondial) est prête?

vendredi 2 octobre 2009

HERMENEUTIQUE pas si hermétique que ça

cet échange a eu lieu au sujet d'un article commentant la prestation télévisée de Tariq Ramadan chez Laurent Ruquier

ZARA LE PHILOSOPHE: pour aller dans le même raisonnement de l'article , je pense qu'il y a un problème de stéréotype: il y a une typologie de l'islamiste, du marxiste, du libéral même; et c'est cette tendance à figer l'autre qui nous interdit de voir les différences et les contradictions même dans une seule école ou système de penser. cela vient peut être de l'influence du structuralisme dans notre manière de voir les choses .

VOLTAIRIEN: je suis d'accord ; quelle alternative au structuralisme ? je veux dire philosophiquement parlant

ZARA LE PHILOSOPHE: je voudrais ne pas trop utiliser le jargon philosophique. Pour dire simple, l'histoire des idées est minée par l'obsession de l'idée d'absolu que cela soit sous sa forme sacrée ou profane. L'alternative est qu'il n'y a pas d'alternative unique; l'idée de la solution unique fait partie de ce que nous appelons le TOTALITARISME

VOLTAIRIEN: j'ai du mal a te comprendre cher ami : le structuralisme n'est pas l'essence et la source du totalitarisme par sa prétention à tout expliquer et prédire ?

ZARA LE PHILOSOPHE: c'est exactement ce que je voulais dire !! d'un point de vue philosophique, je serais amener à défendre le point de vue de l'herméneutique qui permet une infinie possibilité d'interprétation
dans ce cas le texte n'importe quel texte n'a plus ce cote sacre (agnostique) qui le fige dans une lecture unique et totalisante
cette idée ne concerne pas uniquement le texte religieux loin de la . Prenons le texte de Marx et voyons comment le marxisme est devenu à la limite d'un texte sacré que seule une élite a le droit sacré de l'interpréter et donner le sens unique

VOLTAIRIEN: et voila tu m'amènes cher ami a ce qui me taraude : l'hermeneutique comme théorie de l'interprétation ne serait que subjectivité(s)
A quoi bon sert de philosopher : prends les choses par ta subjectivité ; c'est ainsi qu'il faudra pas lire Marx quand ton père te lègue 1000.000 hectars mais plutot lis Auguste Compte-Sponville

ZARA LE PHILOSOPHE: Dans un sens oui le problème est que actuellement il y a si je peux dire un morcellement de la pensée. il faut voir aussi qu'il n'est pas facile de dépasser disons trois milles ans de pensée systématique et de trouver "la" solution. Voyez les sciences exactes on parle maintenant et de la bouche des scientifiques de modélisation en science...

et la connexion soupira avant de rendre son âme dans les câblages de la grande araignée...



lundi 28 septembre 2009

الكوارث الطبيعية إبتلاء للمؤمنين و انتقام للمجرمين



ce billet est la rémanence d'un souvenir d'adolescence, quand j'avais 13 ans le prof d'arabe m'a expulsé de la classe car je refusai catégoriquement et sans concession son explication "les tremblements de terre sont une punition divine des peuples mécréants ; la preuve y 'en a pas en terre musulmane"

à cette époque je "pratiquai" un matérialisme compatible avec l'idée d'un Dieu; mais un Dieu grand horloger pas un capricieux de l'interprétation...

hélas ce stade de l'évolution dialectique se passe à cet âge là sinon c'est trop tard ; l'école a pour mission d'accompagner ce changement, de l'encadrer et d'y apporter le combustible scientifique et c'est le cas et la règle dans le Monde Moderne; par contre dans les ilots pré-modernes comme nos terres arides, c'est plutôt un phénomène rare... c'est ainsi qu'on n'est plus choqués de voir des "adultes" bien instruits pratiquer encore la "magie" , oui la magie c'est le qualificatif pour de tels babillages intellectuels...auxquels la légitimité académique, l'absence de critique et la propension à l'admiration fanatique assurent la perennité (yakhi enti tâaref khir min elostedh, m'as t-on lancé à la face !)

le savoir ce n'est pas une accumulation de connaissances, c'est une tuerie perpétuelle, c'est une guerre épistémologique dans laquelle les charognes ont fini de dépecer nos cadavres depuis des siècles...

à l'échelle de l'individu, c'est un meurtre...un meurtre programmé par les lois de la nature...j'ai écrasé sans pitié ce prof et plein d'autres ... je suis lancé comme un rouleau compresseur...je défie l'autorité académique...je nargue les encadreurs...je lance les piques avec un humour moqueur ... je jauge, je palpe et je sous pèse la force ... n'est digne de respect que celui te montre qu'il sait manier le couteau plus habilement que toi ... le reste ... les brebis qui adulent la pensée magique ... c'est du merguez ... هذيكة حكمة ربي، و الله أعلم